Trois Princes de France

Trois  Princes  de  France  à  Blaye :  Duc  de  Bourgogne,  Duc  d’Anjou – Roi

d’Espagne,  Duc  de  Berry. - Décembre1700.


( Jean  Ferchaud  -  Membre  titulaire  de  l’Académie  du  Berry  - Ancien président de la Société des Amis du Vieux Blaye)


Bibliographie.

     

A-    Les  fondamentaux.

1-L’évènement : CELESTE (R.)- 1908 –Le Roi d’Espagne à Blaye, Bordeaux, Bazas.-1700-1701 – Ed. Imprimerie G.Gounouilhou – Bordeaux  - (Société des Amis du Vieux Blaye).

2-Les références : SAINT-SIMON (L. de)- Mémoires in 1990 : La Cour du Régent  - Textes  présentés par Henri MAZEL  -  Ed. Complexe – Collections historiques – Bruxelles.

                              Cahiers  Saint-Simon – Société Saint-Simon  3, rue Saint-Charles  Paris ..

3-La généalogie :Grand Larousse Encyclopédique en 10 volumes – 1960 et suiv. Paris.

     

B-    Quelques ouvrages historiques.


-          Association des Amis de la Maison Vauban : Vauban, sa vie ,son œuvre. 1983- Réed. 1984.

-          BERTIERE (S.)- Les Reines de France au temps des Bourbons – Les deux  Régentes –

      Ed. de Fallois -
Le Livre de Poche – 1996  Paris.

-          BERTIERE (S.)- Les Reines de France au temps des Bourbons – Les femmes du Roi-Soleil- Ed. de Fallois – Le Livre de Poche -1998 Paris.

-          BERTIERE (S.)-Mazarin :le maître du jeu – Ed. de Fallois – Le Livre de Poche -2007

Paris.

-          BOUTRUCHE (R.) et collaborateurs- Bordeaux de 1453 à 1715 – Fédération Historique du Sud-Ouest – 1996 Bordeaux.

-          ERLANGER (Ph.)- Le Régent- Ed. Gallimard  1938 Paris – Réed. Le Livre de Poche

1966 Paris.

      -    ERLANGER (Ph.)- Monsieur, frère de Louis XIV – Ed. Hachette – Le Livre de Poche- 1970 Paris.

      -    GAXOTTE (P.)- Louis XIV – Ed. Flammarion  - 1974 Paris.

      -    GOUBERT (P.) – Louis XIV et vingt millions de Français -  Ed. Librairie Arthème Fayard – Paris – Réed. Le Livre de Poche Pluriel – 1966 Paris.

      -    GOUBERT (P.) et collaborateurs – L’avènement de Louis XIV :1661 – Ed. Julliard –Collection Archives – 1967 Paris.

      -    GRADIS (H.) – Histoire de Bordeaux – Ed.Féret et fils -1901 Bordeaux – Réed. augmentée de seize illustrations Féret et fils – 1978 Bordeaux.

      -    GUILLOTEL (G.) – Saint-Simon et La Varende : Un cas atypique d’osmose littéraire 

Ed. Présence de La Varende N°13 – Copie du Centre culturel multimédia de Bernay EURE. Collection particulière.

-          HANSCOTTE (F.) – Vauban et le Nord : La Ceinture de Fer – Ed. La Voix du Nord Editions- Collection  Les Patrimoines – 2006 Lille.

-          LA VARENDE (J. de) -  Anne d’Autriche – Ed. Les Editions de France – 1938 Paris.

Réed. Flammarion – 1976 Paris.



-          LA VARENDE (J. de) – Monsieur le Duc de Saint-Simon et sa Comédie Humaine – Ed. Librairie Hachette – 1955 Paris – Réed. Librairie Académique Perrin – 1983 Paris.

-          LE ROY LADURIE (E.) – Histoire du climat depuis l’an mil – Ed. Flammarion- 1983 Paris.

-          LE ROY LADURIE (E.) et FITOU (J.-F.) – Saint-Simon ou le système de la Cour –

Ed. Librairie Arthème Fayard – 1997 Paris.


      C-  Essais et Romans historiques .


-          CHANDERNAGOR (F.) – L’allée du Roi – Ed. Julliard – 1981 Paris – Réed. Presses Pocket – 1984 Paris.

-          DUFREIGNE (J.-P.) – Louis XIV – 3 Tomes – Ed. Plon – 2002 et suiv. Paris – Réed.

POCKET – 2006 Paris.

-          GALLO (M.) – Louis XIV : Le Roi-Soleil – 2 Tomes – Ed. XO – 2007 et Suiv. Paris – Réed. POCKET 2009  Paris.


                                              ______________________



SOMMAIRE


Préambule.


I    – La succession d’Espagne – 1700 : Résumé et généalogies combinées.


II
– Les Portraits des principaux acteurs.


III – L’évènement  blayais.


Conclusions : - Une guerre européenne (voire mondiale) et ses conséquences.

-          Blaye :  Une étape historique primordiale vers la Guyenne et l’Espagne.

                                      __________________________



  Premières Journées d’archéologie et d’histoire de Blaye – 24-25 octobre 2009.


                                                                                Blaye , le 25 octobre 2009.




L’Académie du Berry et la Société des Amis du Vieux Blaye (SAVB) ont évoqué SAR Marie-Caroline de Bourbon , Duchesse de Berry, prisonnière dans la Citadelle de Vauban à Blaye entre novembre 1832 et mai 1833, au cours de plusieurs séances solennelles de l’Académie tenues à Blaye pendant les années 1980-1990. L’épisode de l’emprisonnement politique (relaté, entre autres ouvrages, par Chateaubriand dans les Mémoires d’outre tombe) et les circonstances historiques qui l’ont provoqué, ainsi que les différents passages à Blaye, officiel ou clandestin, de la Duchesse de Berry ont fait l’objet de communications lors de ces séances, accompagnées de la réception de membres de la SAVB au sein de l’Académie.

                  Dans ce contexte, il nous a paru opportun de rappeler la visite à Blaye d’un autre titulaire du duché de Berry : Charles de Bourbon, petit-fils de Louis XIV les 28-29 et 30 décembre 1700. Mais, il est juste de dire qu’il n’était que l’un des personnages marquants de ce voyage officiel d’une part nombreuse de la Cour de France, les plus importants étant ses frères ainés : Louis, Duc de Bourgogne, futur père du prochain roi de France Louis XV, et Philippe, Duc d’Anjou qui partait à Madrid car il héritait de la couronne d’Espagne. Par testament, Charles II, Roi d’Espagne sans héritier direct, choisissait le Duc d’Anjou pour lui succéder, choix accepté par Louis XIV.

                  La Succession d’Espagne est un évènement politique et historique complexe que nous résumerons en l’accompagnant de tableaux généalogiques simplifiés. De plus, il est légitime de se référer à Saint-Simon le mémorialiste, gouverneur de Blaye à la suite de son père, et donc personnage illustre ô combien de notre histoire locale , et d’utiliser les portraits très vifs des protagonistes de ce voyage. Bien sur, même si la ville de Blaye était alors une étape habituelle obligatoire sur l’axe nord-sud, la présence nombreuse de délégations françaises et étrangères pour accueillir, puis accompagner le Roi d’Espagne, rend l’évènement considérable et inoubliable pour la population blayaise d’alors, et il est utile de le rappeler maintenant.


I-                  La Succession d’Espagne.

                             


                  En 1700, le problème de la succession d’Espagne est un casse-tête pour toutes les Cours européennes, depuis plusieurs années déjà. En Espagne, le dernier des Habsbourg, Charles II est un Roi malade et débile, sans héritier direct. Plusieurs possibilités s’offrent à lui car les alliances matrimoniales ont été nombreuses pendant le XVIIème siècle : ce n’est simple ni pour les généalogistes, ni pour les historiens (surtout les amateurs !).

                 
Pour les autres cours européennes, c’est l’équilibre politique du continent qui est en jeu : il n’est pas question de privilégier une famille plus qu’une autre au risque de l’avantager. Il ne faut pas oublier que ce sont les mariages des princesses espagnoles avec des princes européens, déjà ou futurs Rois ou chefs d’état dans leur propre pays.

                  Quatre familles souveraines et des branches cadettes occupent alors les cours d’Europe :Les Habsbourg en Espagne(Charles Quint),

               
les Habsbourg d’Autriche(Ferdinand 1er, Empereur, frère de Charles Quint),

                les Bourbons en France(Henri IV),

                la Maison de Savoie,

                les cadets :Duc d’Orléans en France (frère de Louis XIV),..

                la Maison de Bavière,

sans oublier les apparentements avec les autres familles souveraines d’Europe.

                En 1615, Philippe III d’Espagne et Marie de Médicis, Régente de France, réalisent le double mariage de leurs enfants :Louis XIII(15 ans) et Anne d’Autriche(13 ans),

                                                        Philippe(10 ans), futur Philippe IV, et Elisabeth de France(13 ans).C’est l’époque d’une réconciliation provisoire entre la France et l’Espagne après les guerres de religion et l’assassinat d’Henri IV.

                En 1659, au traité des Pyrénées, Philippe IV et Anne d’Autriche, frère et sœur, scellent un nouveau mariage entre Louis XIV et Marie Thérèse d’Espagne(deux fois cousins germains).

                D’autres mariages et remariages unissent l’Espagne, l’Autriche, l’Angleterre, la Savoie et la Bavière. Nous ne retiendrons que deux séries de mariages.

      La fille de l’Empereur Léopold 1er d’Autriche épouse son cousin l’Electeur de Bavière : leur fils Joseph-Ferdinand sera le premier prétendant retenu par les chancelleries européennes.

      Autre candidat potentiel, Victor-Amédée épouse Anne d’Orléans, fille du premier mariage du Duc d’Orléans, frère de Louis XIV, demi-sœur du futur Régent. Leur fille Marie-Adélaïde est, en 1700, la « petite Duchesse de Bourgogne » qui va égayer la cour aux tristes heures de la fin de vie de Louis XIV, avant la mort prématurée de Marie-Adélaïde en 1712.


              Charles II veut conserver l’intégralité des domaines espagnols accumulés au cours des générations précédentes par mariages successifs : Aragon, Castille, partie de l’héritage Bourguignon, domaines autrichiens auxquels se rattache presque automatiquement par héritage le titre d’Empereur d’Allemagne. Cela concerne la péninsule ibérique (sauf le Portugal), les provinces italiennes : Sicile, Naples, le Milanais,…, les Pays-Bas Espagnols (en gros la Belgique actuelle et une partie du nord de la France), et surtout les immenses conquêtes coloniales : en Amérique, mais aussi en Afrique et en Asie, sources apparemment inépuisables d’énormes richesses pour l’Espagne. Malgré lui, les autres cours traitent et s’entendent sur le nom d’un petit prince de Bavière âgé de 10 ans : Joseph-Ferdinand ; à cet âge et dans cet état du Saint-Empire, il ne gène personne, et cela permet de confortables arrangements territoriaux. Les derniers traités de paix, signés à Ryswick en 1697, entérinent officiellement (et secrètement) ces divers accords.

                  Mais, en février 1700, le petit prince Joseph-Ferdinand meurt.

                  A partir de là, les évènements s’enchainent rapidement, surtout si l’on tient compte des moyens de communications de l’époque.

- 2 octobre 1700 : Charles II publie son testament : dans l’ordre, trois héritiers sont possibles :

                  Philippe, Duc d’Anjou  en France,

                  Charles d’Autriche,

                  Victor-Amédée de Savoie,

tous enfants et neveux d’Infantes d’Espagne, (nous notons d’ailleurs que Philippe d’Orléans, futur Régent de France, ce que personne ne pouvait alors deviner étant donné en 1700 la descendance vivante de Louis XIV, n’est pas cité alors qu’il correspond aux « critères de sélection »).

-1er novembre 1700 : Mort de Charles II.

-16 novembre 1700 : Louis XIV accepte le trône d’Espagne pour son deuxième petit-fils. Et ce, malgré les engagements précédents ; il affirme que des circonstances politiques nouvelles sont à l’origine de cette décision.

- Décembre 1700 - Janvier 1701 : Philippe d’Anjou, devenu Philippe V d’Espagne se rend à Madrid, accompagnés de ses frères ainé et cadet jusqu’à la frontière franco-espagnole. C’est le voyage qui nous occupe aujourd’hui. 

-1er février 1701 : Louis XIV refuse de renoncer pour son petit-fils à ses droits sur la couronne de France, dans l’ordre de succession.( Lois fondamentales du royaume).


CE SERA DONC LA GUERRE.

                  Les quatre tableaux généalogiques suivants tentent d’expliquer et simplifier l’exposé précédent. Mais quatre, c’est pure tricherie car il s’agit d’une seule et même famille pour toutes les cours d’Europe avec des mariages entre cousins germains à répétition à chaque génération, certains princes ont également épousé leur nièce.


Tableau I :  Habsbourg d’Espagne et d’Autriche.


Tableau II :  Habsbourg d’Espagne et Maison de Bourbon.


Tableau III : Habsbourg d’Espagne et Maison de Savoie.


Tableau IV : Récapitulatif : La Succession au Trône d’Espagne.


N-B : En jaune, les Rois d’Espagne,

          en rouge, les héritiers potentiels,

          en bleu, les Rois de France.




Deux estampes anonymes par lesquelles Louis XIV déclare le Duc d’Anjou Roi d’Espagne sont alors réalisées puis copiées et répandues, avec un titre identique :

« Messieurs, voilà le Roi d’Espagne ! »

(16 novembre 1700)



L’une représente le Roi, assis dans son cabinet, entouré du Grand Dauphin, des Ducs de Bourgogne, d’Anjou, et du Berry, du Duc de Beauvillier( gouverneur de la maison du Duc de Bourgogne, il accompagne les Princes pendant leur voyage), ainsi que des ministres.


L’autre se situe dans la grande galerie de Versailles : aux personnages déjà cités, le Roi étant debout, s’ajoutent la jeune Duchesse de Bourgogne alors première Dame de France, et les membres de l’ambassade d’Espagne.





                 

                 

II-                PORTRAITS  DES DUC ET DUCHESSE DE BERRY.


                  Charles de Berry, né en 1696, épouse en 1710 sa cousine issue de germains Marie Françoise Elisabeth, fille du futur Régent. En 1700, ils ont respectivement 14 et 5 ans. Saint-Simon nous livre leurs portraits très précis : ce sont ses textes , retenus par Henri Mazel, que nous reprenons, éclairés de surcroit par les points de vue pertinents de trois écrivains et historiens : Jean de La Varende, Emmanuel Le Roy Ladurie, et Pierre Goubert, qui ont spécialement analysé les Mémoires dans ce domaine.


                  1-Le Duc de Berry « était tout bon et tout rond » dit Saint-Simon. Vif et direct en privé, il perdait toute contenance en public, affligé de la plus grande timidité. En face du Roi, plus que les autres membres de la famille, « les pensées lui tarissaient ». Cependant, à la chasse, « bon tireur », ce qui lui valait les compliments de son grand-père, et une sorte de prédilection. De plus, peu instruit, mais faisant malgré tout preuve de bon sens. Bref, un émotif, bégayant et perdant le souffle dès qu’une difficulté se présentait. Et, à la mort du Grand Dauphin, son père, il pleurait « des larmes pour ainsi dire sanglantes…,poussait non des sanglots mais des hurlements ». Il faillit en mourir.

    Malgré ce portrait assez peu flatteur, nous sommes surpris du constat de La Varende : « Le  Duc de Berry était le plus normal des trois » princes.

    Il est vrai que Saint-Simon n’est pas tendre avec les deux aînés.

    Le Duc de Bourgogne était nerveux, excité, exalté, « né avec un naturel à faire trembler ». « Le prodige est qu’en très peu de temps la dévotion et la grâce en firent un autre homme ; (il fut l’élève de Fénelon !).

    Quant au Duc d’Anjou, « il aurait été fait pour la royauté d’Espagne qu’on ne l’aurait pas mieux réussi » souligne La Varende ; il était « froid à glace ».

    Le Duc de Berry meurt en 1714, à 28 ans, surement des suites d’un accident de cheval.


                  2-La Duchesse de Berry, Marie-Louise d’Orléans,(Melle de Valois), dit Saint-Simon, « était belle, grande, bien faite, sans grâce ».Mais aussi, « c’était un prodige d’esprit, d’orgueil, d’ingratitude et de folie et c’en fut un débauche et d’entêtement. A peine fut-elle huit jours mariée qu’elle se développa sur tous ces points ». « Haute jusqu’à la folie, basse jusqu’à la dernière indécence »(Saint-Simon), « la Duchesse de Berry épouvanta toute la Cour, qui pourtant avait le cœur solide…Elle vomissait des blasphèmes ; elle se grisait tous les soirs ».(La Varende).

    « La Duchesse de Berry s’enivrera scandaleusement quelques jours après ses noces, mènera une vie dissolue et décevra les espoirs que Saint-Simon avait placé en elle »( Le Roy Ladurie).

    Quant au ménage, ce fut souvent scènes et disputes ;l’une d’elles « attira un coup de pied dans le cul à Mme la Duchesse de Berry ». « Monsieur le Duc de Berry,…voulait jouir en liberté de la société de Mme sa femme, s’importunait d’y avoir presque toujours son beau-père en tiers. J’avais déjà tâché de détourner M. le Duc d’Orléans de cette grande assiduité chez Mme sa fille…et je n’y avais point réussi »(Saint-Simon). Elle était effectivement très proche de son père : le mémorialiste décrit de nombreuses séances de débauche et d’ivrognerie, en public et en privé. « Il avait aimé cette fille dès sa naissance ». « Mais l’assiduité d’un père très désœuvré (avant la Régence)… donna beau jeu aux langues de Satan ». Des amants très nombreux, (elle rêvait de se faire enlever) : même un petit-neveu de Lauzun ,Rion, faillit l’épouser.

    Elle mourut en1719, à24 ans, peut-être d’une fausse couche. Le Cardinal de Noailles refusa les sacrements tellement la Duchesse hurlait des horreurs ( !).


                  Pour Saint-Simon, ce mariage qu’il a, semble-t-il, beaucoup contribué à réaliser, illustre les résultats d’une mésalliance : Melle de Blois, mère de la Duchesse, est fille du double adultère de Louis XIV et de Mme de Montespan. Pour La Varende et Le Roy Ladurie, ce mariage démontre aussi la copieuse et terrible endogamie qui régit les alliances dans toutes les familles régnantes d’Europe, en particulier chez les Bourbons.





III-            L’EVENEMENT BLAYAIS.



                  Le nouveau Roi d’Espagne quitte Versailles le 4 décembre 1700 pour Madrid : Louis XIV voulait pour son petit-fils un voyage triomphal à travers la France. D’abord, les deux autres petits-fils de France sont à ses côtés. Un strict cérémonial privilégie le jeune Roi. Une brillante escorte, sorte de cour occasionnelle, est mise sur pied pour l’accompagner jusqu’à la frontière : près de deux cents véhicules pour les voyageurs et le matériel, avec mille sept cent quarante chevaux et mulets. En cette année 1700, nos trois jeunes gens, 19,18 et 15 ans étaient la preuve de la vitalité de la famille royale à travers ses nombreux héritiers potentiels.


    De nombreux contemporains ont évoqué ce voyage, dont Saint-Simon bien sur. La politique espagnole est une part importante des Mémoires. Il l’évoque avec une grande précision, dès l’évènement qui nous intéresse, mais aussi pendant son court passage aux affaires auprès du Régent, pour finir sur la fameuse ambassade dite des mariages espagnols. Les historiens-ses lecteurs pensent que ces longs développements montrent un intérêt personnel pour le sujet et une sorte de déception quant une éventuelle carrière politique.

    C’est à Raymond Céleste que nous faisons appel pour parler de l’étape blayaise. Bibliothécaire de la ville de Bordeaux, il publie en 1908 un opuscule retraçant la traversée du Bordelais : Blaye, Bordeaux, Bazas. Notre connaissance du paysage blayais en affinera la lecture.

    « Le mardi 28 décembre 1700,à trois heures après-midi, les canons de la citadelle de Blaye et ceux du fort Médoc saluaient l’arrivée du Roi et des princes dans la ville. La foule, attirée par un spectacle rare, emplissait les rues et les places. Les paysans abandonnaient les champs pour venir voir un roi, deux princes et leur brillante suite. Au bruit des canons se mêlaient celui des cloches et celui des fanfares ; au roulement des carrosses et des chariots s’unissait le bruit du pas des chevaux ; les cris et les vivats du peuple formant le chant de ce formidable accompagnement ».(R. Céleste). Que de bruit ! Et cela va durer. Après un court repos, dans la maison du maire de Blaye, qui est aussi juge, augmentée de la maison voisine pour plus de commodités et qui fait leur logement, on présente aux princes la délégation bordelaise. Elle attendait depuis la veille : le marquis de Sourdis, commandant en chef de la province, M. du Repaire, gouverneur du Château- Trompette, les députés des jurats de Bordeaux, etc.… Puis ce fut le tour du maire et des jurats de Blaye. Une visite sur le port pour présenter aux princes cette fameuse maison navale, arrivée avec les députés bordelais et qui les emmènera à Bordeaux par la Gironde et la Garonne. Dès que le Roi et ses frères sont sur le port, les canons recommencent à tonner. Deux navires anglais et hollandais, juste de passage, participent aussi. Dès le premier jour commence l’embarquement des chevaux et carrosses pour Bordeaux.

    Tout le monde se délecte du trafic maritime très intense du port de Blaye ainsi que sur la Gironde. Autre époque ! « Quantité de personnes profitaient de la marée qui montait à trois heures pour se rendre dans cette ville ». « Ces spectacles et la vue agréable de la Gironde les divertit beaucoup ». Au soir, feux de joie et toujours les canons !

    Cela n’empêche pas le Roi d’obéir aux exigences de sa fonction. Il rentre dans la citadelle pour passer en revue la garnison (renforcée pour la circonstance, comme on l’imagine) : dix-neuf compagnies d’infanterie en double haie.

    Le mercredi 29, le Roi va à la messe, à pied, jusqu’à l’ église collégiale. Ses frères y vont à cheval. L’après-midi, retour dans la citadelle et à nouveau les canons ! Il faut bien les occuper par quelques travaux : relevés de plans, revue de la garnison, distribution d’argent aux canonniers  et aux tambours, ils l’ont bien mérité ! Puis descente sur le port toujours très attrayant où l’on s’active toujours à l’embarquement Le travail est très dangereux : on déplore plusieurs noyés. Il faut rentrer de bonne heure pour dîner : le lever est à deux heures pour profiter de la marée. On procède d’abord à l’embarquement des officiers, ainsi que de quelques autres personnages et de leur suite. Les princes assistent à la messe « dans une église qui est sur le chemin du port ».

    Soixante porteurs de flambeaux les accompagnent ;le port est entièrement illuminé ; la magnifique maison navale les attend. La « Chronique bordelaise » et le « Mercure galant » en donne la description. Quarante tonneaux, dix-huit pieds de large, cinquante pieds de long, un pavillon au milieu sur toute la largeur et de vingt-deux pieds de long. Richesse des sculptures et des peintures, somptuosité des ameublements, tapisseries de velours cramoisi à franges d’or. Poupe,  proue et galeries peintes et travaillées : fond d’azur semé de fleurs de lys et de couronnes couleur or. Les Armes de la Ville de Bordeaux ; celles de tous les royaumes de la monarchie espagnole ; médaillons et inscriptions à la gloire des illustres passagers. Quatre chaloupes avec rameurs en uniforme bleu remorquent le bâtiment. Et bien sur on tire encore le canon, les fusils, les mousquets, y compris par les habitants et les riverains. S’y ajoutent les timbales, trompettes et autres casseroles. Six autres chaloupes pour les gens de la suite. D’autres encore pour les cuisiniers et les provisions. La chaloupe de M.de Sourdis, avec fanal, précède la maison navale d’un quart de lieue. Et aussi, de chaque côté, les chaloupes de musiciens : d’un côté, les violons, de l’autre, les hautbois. Deux petits brigantins voltigeaient autour de la maison navale et, souvent, tiraient le canon. Partout autour, des navires de toute taille : la rivière en paraissait couverte. Au Bec d’Ambès, un navire spécialement construit par les ateliers du négociant Saige les attendaient : avec ses vingt canons ! N’oublions pas la galère des libournais. Peinture d’or et d’azur, galerie avec les portraits de Louis XIV et  Philippe V, les armes de Libourne bien sur, et des calicots aux slogans tendant à se faire reconnaître : «  Qu’un prince des Bourbons soit toujours Roi d’Espagne,

                        Que l’amour de la paix en tous lieux l’accompagne. »

                     

                    «   La fille de Bordeaux prétend à vos amours. »

    En cours de voyage, les libournais simulèrent même un combat naval avec un bateau « venu des îles ».

    Un repas de fête est servi au Roi et aux princes, à leur suite illustre présente sur la maison navale, par les jurats eux-mêmes en grande tenue d’apparat ; un menu de gala :faisans, ortolans, vingt sortes de vins (tous excellents bien sur), liqueurs, en toute confiance car rien ne fut goûté avant le service (comme on procédait à l’époque par mesure de sécurité).

    En résumé, nous oserons dire que tout cela tient à la fois de la parade des « grands voiliers » et d’un gigantesque « corso fleuri », sur l’estuaire. Dans une ambiance de grande fête populaire et dans un vacarme épouvantable !

    La caravane royale était passée laissant probablement « l’image promotionnelle » forte voulue par le pouvoir.

    La maison navale arrive en fin de matinée à Bordeaux ; le Roi et les princes débarquent face à la porte du Chapeau Rouge, le lieu des entrées officielles.





                  1ère CONCLUSION.



                  La guerre a duré plus de 10 ans : France et Espagne face au reste de l’Europe sur le continent et les mers environnantes, mais aussi dans le reste du monde du moins de façon  moins violente dans les colonies des pays européens, faisant des centaines de milliers de morts.

1-      Espagne : Philippe V abdique en 1724, mais les Bourbons continuent de régner à ce jour, malgré divers bouleversements politiques. L’immense domaine espagnol ne résiste cependant pas, mais ce sont des princes de la famille des Bourbons qui occupent différents trônes en Italie ( jusqu’à la réalisation de l’unité).

2-      Savoie : Victor-Amédée II y gagne une couronne royale, en Sicile d’abord, en 1713, puis dans ses propres domaines en Sardaigne.

3-      Angleterre : elle reste maîtresse des mers…et garde Gibraltar.

4-      France : Le pays est ruiné après cette guerre de prétention dynastique ; au- delà des malheurs de la guerre, un refroidissement climatique majeur amplifie la misère générale. A la mort de Louis XIV, ne reste pour héritier, d’une nombreuse famille, qu’un enfantelet de quatre ans : Louis XV. Philippe V a dû renoncer à ses prétentions dynastiques au trône de France. A Blaye, l’histoire se prolonge avec l’emprisonnement de Marie-Caroline de Bourbon, Duchesse de Berry et fille du Roi des Deux-Siciles
(descendante de Philippe V) ; ainsi que par la visite d’Alphonse, Duc d’Anjou en 1986.                                                                                       




                  2ème CONCLUSION.



                  L’étape blayaise est obligatoire sur la route de la Guyenne et de l’Espagne. Faut-il rappeler le pèlerinage de Compostelle et la « via turonensis ». Un trafic régulier maritime relie alors Blaye et Bordeaux pour les voyageurs ordinaires et le transport des marchandises. Une ligne régulière au XIXème siècle ne s’arrêtera qu’au début de la première guerre mondiale. En tenant compte des marées, des temps de chargement des passagers et des marchandises, il convenait, pour les voyageurs sur une longue distance, de prévoir généralement une nuitée à Blaye. L’hébergement est donc alors un phénomène banal, une activité ordinaire pour Blaye.

    Il faut tenir compte aussi de l’accueil des gens de condition : par exemple le fonctionnaire royal gagnant son poste…ou Vauban assurant son rôle de «  grand fortificateur ». Par temps calme, le voyage par eau est reposant si on le compare aux voyages terrestres. Simone Bertière le rappelle à propos du Cardinal Mazarin, fatigué et malade, revenant vers Paris après le mariage de Louis XIV et Marie-Thérèse. Françoise d’Aubigné (future Mme de Maintenon) et le petit Duc du Maine s’arrêtèrent à Blaye en allant prendre les eaux à Barèges. Saint-Simon lui-même, durant son bref séjour en Blayais, passa deux jours à Blaye pendant le voyage d’ambassade en Espagne ; il eut droit à la visite de la citadelle et des forts Pâté et Médoc, fortifications toutes neuves alors.

    Le problème devient bien plus difficile à résoudre lorsque la Cour entière se déplace. Au XVIIème siècle, cela se produisit plusieurs fois : Louis XIII, Louis XIV pour leur mariage respectif, mais aussi à d’autres occasions usèrent du passage d’eau, donc de l’étape blayaise, pour lesquels Blaye et sa région furent mises à contribution. Nous avons de multiples relations du comportement du convoi royal pendant ses déplacements :la durée de l’étape, la réquisition par les fourriers royaux pour réserver l’hébergement officiel, la « course au logement » pour les autres.

    En 1700, nous avons quelques précisions. La veille, la Cour était à Mirambeau ; dès le lundi matin 17 décembre, les fourriers opéraient leurs réservations à Blaye. Dans l’après-midi arrivaient les députés de la Jurade bordelaise, Sourdis et Repaire étant arrivés un peu plus tôt. L’évêque de Catane, en Sicile, étant parti pour voir Charles II, et apprenant son décès, se hâta au devant de son nouveau Roi ; il était à Blaye depuis trois jours, et pas seul, même si sa suite est peu importante. Quant à la garnison, très renforcée, elle loge dans la citadelle, sauf peut-être les officiers. Nous imaginons l’afflux de visiteurs : peut-on les quantifier ? Vu la durée de l’embarquement du matériel et des chevaux, sans oublier le nombre et le qualité des membres de la suite royale et princière et de leurs accompagnants, vu la description des tables ouvertes dans la ville pour nourrir tout ce monde, la foule est importante, plusieurs milliers peut-être ; peut-être l’équivalent de la population de la ville à l’époque.

    La répétition de ce genre d’évènements est la preuve d’un savoir-faire évident et d’une capacité d’accueil proportionnelle, à coup sur chez l’habitant. La preuve aussi de cette fonction essentielle de la ville de Blaye : l’étape. Sans oublier d’importantes fonctions administratives, militaires et douanières sous l’Ancien Régime.

  Depuis le XVIIIème siècle, la route de Blaye a perdu de son importance progressivement. D’abord, pour des raisons d’efficacité, la route de la Poste fut organisée par Angoulême et Saint André de Cubzac, avec deux passages d’eau courts, puis deux ponts ; puis la voie ferrée par Libourne ; enfin l’autoroute par St André de Cubzac, toujours. En contre-partie, des liaisons transversales : au tournant des années 2000, un passage d’eau sur la Gironde de rive à rive, et une voie ferrée unique désaffectée.

   


    Dans ce contexte, le souvenir des évènements historiques prestigieux, voire grandioses, de la ville s’estompe peu à peu.





__________________________

 
Dernière modification : 03/10/2011
 
Retour haut de page
 
 
 
 

Le monde

Chargement : 103 ms