Séance Déols 03/2018

Compte rendu

---

Séance solennelle de Printemps

 

Samedi 17 mars 2018, à Déols (36)

 

--- --- ---

 

Les participants à cette séance solennelle eurent l’honneur et  le grand plaisir d’être accueillis à l’espace « Art et Culture » de la ville par M. Blondeau, Maire et Conseiller départemental de Déols et son fidèle ami Marc Fleuret, Conseiller  départemental de Châteauroux qui ont mis la Salle de « Espace et Culture » à notre disposition gratuitement. Tous les deux ont expliqué les développements novateurs en faveur d’une remarquable mise en valeur du site chargé  d‘Histoire de l’Abbaye de Déols. 

 

DSCN9059

 

La visite sous un beau soleil  des vestiges de l’Abbaye Notre-Dame, 

a bénéficié  des  commentaires de  deux éminents spécialistes : Didier Dubant et Pierre Remérand qui, avec le regretté René Pécherat, ont dirigé, en 2009, la publication de référence sur les recherches concernant l’Abbaye. 

Ces deux « guides » permirent aux participants d’apprécier la grandeur primitive de cette Abbaye fondée en 917 par Ebbe le Noble sous la règle de Saint Benoît. Après avoir connu un grand rayonnement, l’Abbaye fut en partie détruite par les protestants pendant les guerres de religion. En 1622, Henri II de Condé obtint du pape la sécularisation de l’abbaye qui mit un terme à son activité. De l’édifice roman subsistent  un clocher orné de très beaux chapiteaux, le mur gouttereau au sud, la cuisine des moines et des arcades du cloître. Après les extérieurs, la visite continua dans le petit musée lapidaire installé en partie dans ce qui fut la cuisine des moines. Là sont rassemblés de délicats chapiteaux qui témoignent de la qualité de la sculpture à Déols. Une visite virtuelle de l’Abbaye est également proposée par une projection géante qui offre une restitution en 3D. 

 

DSCN9052

 

Les participants ont ensuite quitté l’Abbaye pour rejoindre l’église Saint-Etienne,

où ils purent admirer dans la crypte un sarcophage dit de Saint-Ludre, datant du IIIe siècle. En marbre des Pyrénées, il est décoré d’intéressantes scènes de chasse. 

 

Capture d’écran 2018-05-01 à 20.24.12

 

 

Une courte promenade dans Déols permit aux participants de  sortir  de la ville ancienne par la tour de l’Horloge (XVe siècle). Un déjeuner de qualité fut servi à une trentaine de Membres et amis de l’Académie au restaurant «  La Popote »

Capture d’écran 2018-05-01 à 20.25.38

La Porte de l'Horloge

------------------------------------------------------------------------------------

----------------

 

Capture d’écran 2018-05-03 à 14.56.41

Le Président Alain Bilot

​Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres

 

Dans l’amphithéâtre de « l’espace Art et Culture » à 14 h 30, Le Président Alain Bilot, a ouvert la séance de Printemps 2018,

en saluant les membres présents et en remerciant particulièrement M. Jean-Claude André, Membre du Haut-conseil pour l’organisation efficace de cette journée de Déols. Il présenta ensuite les excuses de nombreuses personnalités. Parmi les Membres du Haut-Conseil absents : mentionnons notre Chancelier M. le Professeur Bazot, retenu à Paris par un accident de santé d’un membre de sa famille et notre trésorière Michelle Ologoudou-Savignat, victime d’une agression à Paris, en rééducation à l’hôpital de La Châtre. Il excusa  l’absence de Madame le Docteur Catherine Réault-Crosnier retenue à Tours par une manifestation en l’honneur de Maurice Rollinat.

 

Quelques points notables de l’Assemblée générale 

 

Le Président Alain Bilot commence alors le rapport moral en rappelant les faits marquants de l’année 2017.

 

Session de printemps 2017, le 18 mars à Aigurande

 

Les membres de l’Académie ont été accueillis par M. Jean-Michel Degay, Maire d’Aigurande et organisateur de cette session. Grace à lui, a pu avoir lieu une visite très documentée du vieux quartier de cette petite ville, et notamment de son église à une nef, six travées, sans transept et à chevet plat. Ces curieuses particularités architecturales ont été bien expliquées  par l’Association pour la sauvegarde du patrimoine d’Aigurande (ASPAI) qui est ici remerciée. 

Le déjeuner a eu lieu au vieil Hôtel du Berry, il fut de qualité, mais le service un peu long.

 

Lors de cette session ont été reçus comme Membres titulaires de l’Académie du Berry : 

 

M. François Escoube, ancien Directeur de la Gazette du C A B (Cercle Amical du Berry) qui consacra son discours de réception à Henri de Latouche (né à la Châtre 3 février 1785, décédé à Aulnay-sous-Bois le 27 Février 1851). Romantique et républicain, il fut fort célèbre à son époque de par le rôle déterminant qu’il joua dans le milieu littéraire du XIXe siècle. De nos jours il est injustement méconnu et méritait amplement de bénéficier des savants travaux de F. Escoube.

 

M. Jean-Michel Degay qui fut présenté par notre collègue, Membre du Haut-conseil et trésorière Michelle Ologoudou-Savignat. La conférence de M. Degay eut pour thème.Illustrée par de nombreux tableaux, M. Degay nous éclaira sur les différentes activités de cette très ancienne institution dont il est Président d’Honneur pour l’Indre : grâce à de telles Chambres se développe dans notre pays un important réseau de petites P M E créatrices d’emplois.   

  

Session d’automne 2017,  le 7 octobre à Vierzon 

La session d’automne se caractérise par la remise du Prix annuel de l’Académie du Berry organisé par sa Présidente, notre collègue du Haut-conseil, le Dr. Catherine Réault-Crosnier. Le Prix 2017 fut attribué à M. et Mme François Chombart de Lauwe. Il consacra la rénovation complète de l’église du Prieuré de Notre-Dame de Longefont à Oulches (Indre). L’assistance fut émerveillée par les travaux gigantesques menés sur des années par ce couple de passionnés. 

 

Fut reçu comme Membre  titulaire de l’Académie du Berry : 

M. Philippe Gillet Professeur agrégé d’histoire et géographie, historien et essayiste.

Présenté par notre collègue le Dr. Bernard Jouve, Docteur en Histoire (Sorbonne), le discours de réception du nouveau membre titulaire traita du sujet « Détours historiques, littéraires et géographiques en Berry ». Le conférencier, parisien de naissance et de famille,   retraça son approche progressive du Berry par touches successives. Spécialiste du goût et des habitudes alimentaires, il nous  apprit ainsi que les Forestines, délicieuses spécialités gastronomiques de Bourges, furent les premiers bombons fourrés apparus dans le Monde ! L’érudition du conférencier permit d’effectuer une visite originale de certains aspects de notre cher Berry.  

 

Avant de terminer son rapport le Président Alain Bilot donne quelques informations sur les membres de notre Académie.

 

Le Docteur Bernard Jouve a dernièrement été honoré deux fois : il a brillamment soutenu à la Sorbonne une thèse de Doctorat en Histoire portant sur un aspect de la doctrine philosophique du saint-simonisme, à partir d’une étude très fouillée des Archives de l’Indre. Un bonheur n’arrivant jamais seul, le docteur Jouve se vit nommé au grade de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, juste consécration de ses talents littéraires, puisqu’il est l’auteur de nombreux romans et études historiques.

 

Notre collègue du Haut-conseil Monique Delclaux a été élue à la présidence des « Amis du Vieux La Châtre » succédant ainsi à notre collègue de l’Académie du Berry, le Docteur Geneviève Bor. 

 

Le Haut-conseil a été informé du décès d’une personnalité qui n’avait jamais manqué une de nos séances : M. Jacques Bailly qui parcourut le monde pendant des années pour enseigner l’art de faire du pain à la française.  Son état de santé l’avait dernièrement empêché de participer aux réunions de l’Académie.  

 

Pour terminer cette riche journée M. Didier Dubant proposa une conférence  sur « L’usine d’aviation Marcel Bloch, puis S.N.C.A.S.O. de Déols (1936-1951). 

Très documenté et illustré de nombreuses photos, cet exposé retraça ce qui fut un fleuron de l’industrie dans notre région. En juin 1936, Marcel Bloch (connu ensuite sous le patronyme de Marcel Dassault) entreprit la construction au nord de Châteauroux d’une usine d’aviation qui, dès 1938, emploiera 1185 personnes. De cette usine sortirent plusieurs avions au cours des 15 ans d’activités : les bimoteurs Bloch MB 131 et MB 175, le bimoteur-torpilleur MB 175 T pour la Marine et des monomoteurs Bloch MB 151, 152 puis 155. La guerre n’épargnera pas l’usine qui fut bombardée dans la nuit du 11 au 12 mars 1944, causant d’importants dommages aux chaînes de montage. 

En août 1951, l’ensemble du site, usine et terrain d’aviation, sont remis par les autorités françaises à l’armée de l’air américaine qui prend alors la direction de l’usine. Une autre histoire commence. 

 

Le Président Alain Bilot a mis fin à la session à 17 h en remerciant chaleureusement tous les organisateurs  de cette journée, ainsi que les intervenants.  

 
Dernière modification : 16/05/2018
 
Retour haut de page
 
 
 
 

Le monde

Chargement : 108 ms