Prix de l'Académie du Berry

 

Prix de l’Académie du Berry

Monsieur le Président, Mesdames Messieurs membres de l’Académie du Berry,

Au nom des coordinateurs et des quarante-six auteurs, je vous adresse mes remerciements pour le prix 2019 que vous avez bien voulu accorder à notre ouvrage Le Berry de la Renaissance. Je profite de ce moment pour y associer l’éditeur La Bouinotte de Châteauroux et les collectivités territoriales qui ont soutenu par leurs achats cette publication ainsi que tous ceux qui ont contribué à le faire connaître. 

Pourquoi cet ouvrage ?

Les deux sociétés savantes, celle du Cher, la Société archéologique et d’histoire du Berry et l’Académie du Centre pour l’Indre se sont réjouies de l’opération de promotion de la Région Centre-Val de Loire « Da Vinci » autour du 500ème anniversaire de la mort de Léonard. C’était mettre au cœur de l’identité régionale l’art et la créativité technologique. Belle image pour mieux se faire connaître ! Mais très vite une possible « dérive » nous est apparue. C’était, une fois de plus, faire la part belle au Val de Loire et réduire le Berry à la portion congrue, alors que cette période y fut extrêmement riche mais peu médiatisée. Le département du Cher a immédiatement saisi l’opportunité que présentait pour lui cette manifestation, celui de l’Indre étant bien plus réservé.

A l’initiative de nos collègues du Cher, inspirateurs initiaux du projet, nous avons souhaité affirmer notre présence culturelle et rappeler toute la part berrichonne dans cette période en réalisant un ouvrage de haut niveau mais accessible au grand public pour faire une synthèse des approches historiques les plus récentes. Nous étions conscients que le Berry devait affirmer une présence tout à fait méritée. Rappelons que Bourges avait une université à rayonnement européen ! 

Comment a-t-il été réalisé ?

Une série de réunions autour de trois coordinateurs, Philippe Goldman, Xavier Laurent et moi-même, Jean- Pierre Surrault, assistés de personnalités du monde de la culture a permis d’affiner le projet : 

- Une parité Cher-Indre devrait être respectée. A l’heure où la fusion des deux départements, évoquée peu avant, avait été très mal reçue dans l’Indre, il fallait donner, du territoire du Berry, une image équilibrée.

- Aborder des thèmes diversifiés, à la fois généraux sur la province et plus particuliers pour les exemples locaux sans se limiter à l’architecture, thème le plus familier pour le grand public sur cette période. Utiliser toutes les ressources visuelles possibles plus facilement mobilisables par Internet.

- Faire un plan d’ensemble des sujets à traiter en historiens et ne soumettre le projet que dans un deuxième temps à des éditeurs potentiels. C’était avoir pour nos associations la maîtrise du contenu et en valider le caractère « scientifique ». 

- Mobiliser les chercheurs spécialistes de cette période, surtout les jeunes, et leur permettre de rendre compte du fruit de leurs travaux. Ne pas négliger les associations historiques locales, très actives notamment dans l’Indre. 

-Enfin être très réactif pour publier durant le premier semestre 2019 ce qui ne donnait qu’un laps de temps fort bref. D’où quelques oublis dont notamment Jean Chaumeau ! Quel regret ! 

Quel bilan ?

·       L’ouvrage a été réalisé rapidement. La maison d’édition de La Bouinotte, l’une des rares en Berry, en a accepté le projet avec enthousiasme nous facilitant la tâche, ne nous imposant qu’un minimum de contraintes et nous fournissant les moyens pour une réalisation soignée au plan des illustrations. 

·       Les auteurs sollicités ont tous répondu positivement renforçant la légitimité du caractère bienvenu de l’ouvrage. Ce fut l’occasion pour nous de nous en réjouir mais aussi, de manière plus pessimiste, de constater que nombre d’entre eux ne résidaient pas en Berry mais souvent dans les métropoles universitaires comme Tours ou Paris. Ils étaient cependant restés fidèles à leurs racines berrichonnes et conscients des enjeux du livre. 

·       Au plan historiographique toute la vitalité berrichonne de cette période est apparue. Elle a foisonné de talents d’envergure nationale dans le monde artistique. Les monuments et les œuvres d’art ont été remis en perspective dans l’histoire de l’architecture et des arts décoratifs. Ils sont de premier plan comme l’Hôtel Lallemand à Bourges, les arbres de Jessé à Issoudun, le tombeau de Charlotte d’Albret à la Motte- Feuilly, les stalles de Bommiers. Des chronologies ont été précisées, ainsi pour Valençay, plus précoce dans sa réalisation qu’on ne l’a longtemps affirmé. Les liens de Rabelais et du Berry ont été reconsidérés. L’importance de la littérature berrichonne du temps a été réaffirmée. 

·       Le public du Berry a très bien reçu l’ouvrage dont la diffusion s’est faite avec succès. Pour beaucoup cette période « renaissante », trop méconnue, fut une découverte.

·       Une déception cependant. Trop peu de médias régionaux et nationaux se sont intéressés à notre réalisation tant la prégnance du modèle culturel ligérien pour l’approche de la Renaissance marque encore les journalistes. Convaincre à l’extérieur de la richesse et de la beauté de notre province est une rude tâche ! Nous espérons modestement que cet ouvrage y contribuera au fil du temps.

Merci de votre attention !

Jean- Pierre Surrault 

 
Dernière modification : 21/10/2019
 
Retour haut de page
 
 
 
 

Le monde

Chargement : 189 ms