Châteauroux 3 juin 2006



    L’Académie du Berry s’est réunie à Châteauroux en Juin 2006


Organisée de main de maître par le Docteur Bernard Jouve, Membre de l’Académie du Berry et Président des Amis des Musées de Châteauroux, la séance solennelle de Châteauroux tenue dans les locaux du centre universitaire le samedi 3juin 2006 a permis de recevoir comme membre titulaire une éminente personnalité américaine, M. le Professeur John Anzalone, de l’Université de Springsfields (USA). Auparavant, un groupe d’une vingtaine de personnes eurent le loisir de visiter les vieux quartiers de Châteauroux et le Musée Bertrand. Le discours de réception de John Anzalone porta sur un sujet qui lui est cher : « Jean de Boschère et le livre des métiers ». Spécialiste de l’illustration, John Anzalone fut enthousiasmé par un livre de Jean de Boschère, « The city curious » illustré par lui-même, acquis à Boston :en effet, celui-ci dès ses premiers écrits des années 20 accompagna toujours ses textes de dessins en noir et blanc et en couleurs subtiles, compléments raffinés de sa prose et de ses poèmes. John Anzalone analysa l’évolution du style d’illustrateur de Jean de Boschère , cet artiste aux talents multiples très apprécié des collectionneurs internationaux. Il souligna que Jean de Boschère composa l’essentiel de son œuvre poétique à La Châtre. Alain Bilot répondit à son vieil ami américain, retraçant sa belle carrière universitaire entièrement consacrée à l’enseignement de la culture française ; le Professeur John Anzalone est un distingué francophone et francophile que l’Académie du Berry s’honore d’accueillir.


La soixantaine de participants à cette séance bénéficièrent ensuite d’une remarquable communication de Me Danielle Bahiaoui, de l’Académie du Berry, chevalier des Arts et des Lettres ; cette brillante « sandienne » bien connue de par le rôle déterminant qu’elle joua dans la réussite de la célébration du bi -centenaire de George Sand se consacra à l’étude d’un portrait peu connu de George Sand peint par Delacroix en 1834. La « Bonne dame » de Nohant  traversait alors un triste épisode de sa vie affective : la période de  sa rupture avec Alfred de Musset qui s’éternisa. Notre conférencière montra comment Delacroix a  exprimé par sa palette le désarroi, la tristesse qui la minait alors ; les lettres de George Sand à Delacroix et autres amis dont elle lut des passages judicieusement  choisis vinrent étayer son propos. Par contre,  la gravure affadie que fit de ce portrait si évocateur Luigi Calamatta trahit toute l’émotion, les sentiments qu’a su  si bien rendre Delacroix. En fin de séance, M. le Professeur Miannay et M. Couderc , Président de l’Académie de Touraine dédicacèrent leur livre récemment paru «  Le Berry insolite » présenté par un membre du Haut-Conseil de l’Académie, le docteur Catherine Réault-Crosnier.   

 
 

 
Dernière modification : 06/04/2010
 
Retour haut de page
 
 
 
 

Le monde

Chargement : 137 ms